« Les Invisibles » un film touchant et une Audrey Lamy magnifique, sublime et talentueuse.


Audrey Lamy est magnifique et incroyable dans le dernier film de Louis-Julien Petit qui raconte le quotidien des travailleurs sociaux qui doivent conjugués le don de leur temps et une hiérarchie du bénéfice qui prend chaque dossier comme des chiffres et des taux de réussite. Dans ce film il y a de la magie, de l’humain et des émotions.

Entre fiction et documentaire, le réalisateur adopte une esthétique crue, joue sur les floues artistiques, les plans caméra pour s’introduire au plus proche des visages des jeunes sans abris. Seule Audrey conserve son prénom dans le film, Noémie Lvosky devient Hélène, Corinne Masiero devient Manu, Sarah Suco devient Julie….Ce hasard ou ce parti pris permet de renforcer le va et vient entre fiction et documentaire, en utilisant des femmes ayant réellement connue la rue, il a ainsi auditionné 150 femmes, puis sur le tournage des nom d’emprunt fut utilisé quotidiennement, cela permettait aux différentes personnes de se livrer devant la caméra et surtout de ne pas avoir honte, car il n’y aucune honte à être vrai.

5272823Ce film a été écrit puis réécrit en s’inspirant du livre de Claire Lajeunie « Sur la route des Invisibles », la légende raconte que l’auteure aurait offert elle-même son livre, un livre écrit en complément d’un documentaire réalisé pour France 5, Femmes Invisibles, survivre dans la rue. Pour être au plus proche de la réalité, il a demandé à ses comédiennes d’aller dans des centre d’accueil, Audrey s’est ainsi rendue dans celui e Grenoble où elle a participé aux courses et à la cuisine.

En 2016 il décide ré-écrire son scénario, « J’ai voulu démarrer le récit là où le documentaire de Claire se terminait, lorsque (la vraie) Catherine finit par obtenir une chambre dans un hôtel social ; Les Invisibles commence au moment où elle quitte ce logement pour retourner à L’Envol. Contrairement à la première mouture qui se passait essentiellement dans la rue, cette seconde version se déroule dans un centre d’accueil, permettant d’une part de plonger dans le quotidien des travailleuses sociales, mais aussi de donner à ces femmes SDF un toit, afin de les voir vivre au quotidien, de prendre le temps de les identifier et de s’attacher à elles ».

5208760Sur ce film c’est la troisième fois que Corinne Masiero est dirigée par Louis-Julien Petit, cette comédienne est très engagée et milite depuis plusieurs année au sein de projet d’insertion éco-citoyen. « Ce sera un ‘écolieu’ où on apprendra à des gens qui en ont besoin, à consommer autrement, à vivre, de façon autonome, sans remplir les poches de tous ces consortiums qui, non contents d’appauvrir les gens, foutent la planète en l’air. Ce centre, dont il existe déjà des modèles en France et un peu partout en Europe, s’appellera la Pataclown ». Au-delà de tout cela, le vrai est là, car l’improvisation était de mise, même Audrey a du se mettre en danger avec son texte et rebondir. « Juste avant la première scène, Louis-Julien m’a annoncé qu’il ne voulait rien garder des dialogues. J’ai halluciné, d’autant que ces derniers étaient super bien écrits ! Il n’en a pas démordu. ‘Question de sincérité’ ! Je n’en menais pas large. Sans texte, on n’a plus de balise, plus de béquille de jeu, on sort des rails, on est à poil ! »

 

Publicités

Une réflexion sur « « Les Invisibles » un film touchant et une Audrey Lamy magnifique, sublime et talentueuse. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s